ACTUALITE SAHARAopinion

Après le Maroc, l’Europe se permet de pêcher illégalement dans les eaux sahraouies : Arnaque à grande échelle au Sahara occidental

Le problème du Sahara occidental ne concerne pas uniquement la colonisation, mais aussi celui du vol des ressources sahraouies. En l’absence d’un état reconnu qui étend sa souveraineté par la force du droit international et des forces de sécurité, on peut bien continuer à voler et à pêcher sur les terres et les côtes sahraouies.
Dans un excellent article à « Libération, hier, on revient sur l’accord de pêche entre le Maroc et l’UE qui est aujourd’hui contesté devant les tribunaux par une association proche du mouvement sahraoui. Dans ses conclusions, l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne recommande une invalidation du texte. Mais concrètement, l’Europe peut-elle pêcher dans les eaux du Sahara ? Pas à pas, dit l’enquête de « Libération », depuis deux ans, les militants sahraouis marquent des points. Non pas sur le plan militaire (le territoire du Sahara
occidental est toujours en grande partie occupé par le Maroc et un cessez-le-feu a été signé en 1991) ni diplomatique (le Maroc a réintégré l’Union africaine après trente-deux ans d’absence et pèse de tout son poids pour marginaliser la République arabe sahraouie démocratique), mais à la barre des tribunaux. Le 10 janvier, l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a rendu ses conclusions dans une affaire scrutée de près par les protagonistes de ce conflit gelé. Cette action sahraouie intervient au moment où l’Action chrétienne pour l’abolition de la torture (Acat) dénonce les «crimes de guerre» commis par le Maroc au Sahara occidental qu’il occupe illégalement depuis plus de 40 ans, critiquant la position partiale de la France dans ce conflit. «Dernière colonie d’Afrique, le Sahara occidental est occupé par le Maroc. L’Acat dénonce les crimes de guerre que le Maroc y commet, parmi lesquels la colonisation, le pillage des ressources naturelles et la torture de militants sahraouis», a déclaré cette ONG dans un communiqué, critiquant les propos du président Emmanuel Macron faits lors de sa visite le 6 décembre dernier à Alger à travers lesquels il évite de «faire des vagues».
En affirmant que la position française «n’a pas changé», poursuit l’Acat, Emmanuel Macron «affiche, en filigrane, un discours en phase avec la politique marocaine», acceptant ainsi que le Sahara occidental «n’est plus un territoire occupé illégalement». «Pourtant, le Sahara occidental est bel et bien un territoire occupé qui est inscrit sur la liste de l’ONU des territoires non autonomes, dont les populations ne s’administrent pas encore complètement elles-mêmes», a-t-elle rappelé, relevant que l’état marocain profite de cette situation et de la non-résolution de ce conflit pour renforcer une utilisation des ressources naturelles du territoire. Pour l’ONG, l’exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental prend la forme d’un «véritable pillage» de la part de la puissance occupante, citant l’association Western Sahara Resource Watch (WSRW) qui considère que rien que pour le minerai de phosphate, la pêche côtière et les produits agricoles, les ressources pillées sont estimées à près de 205 millions d’euros. «Cette illégalité est aussi définie par le droit international humanitaire : le fait de piller impunément les ressources naturelles d’un territoire occupé constitue un crime de guerre», a-t-elle fait observer, soulignant que les partenaires économiques du Maroc, dont la France et l’Union européenne (UE), «s’en rendent complices».

lecourrier-dalgerie
I.M. Amine

 

Show More

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close